Les patrouilles de police…à la Patrouille des Glaciers

Mots clés : 
Lors de chaque édition de la PDG, plusieurs patrouilles de la Police cantonale valaisanne participent aux courses tant depuis Zermatt que depuis Arolla. Régulièrement, les policiers montent sur les marches de podiums ! Retour d’impressions de la patrouille Zermatt/Verbier composée de Patrick Bregy, Guido Heynen et Alain Walker.

PDG2022, une course particulière ?

La PDG reste une course très particulière. D’une part, c’est toute l’histoire de la PDG, depuis ses débuts jusqu’à aujourd’hui. D’autre part, c’est la course en elle-même. Chaque édition dévoile ses propres aventures. Quand tu te trouves sur la place de la gare à Zermatt et que tu t’imagines courir jusqu’à Verbier, et ce en grande partie dans la nuit, c’est impressionnant.

Lors de la bénédiction et du briefing en l’église de Zermatt, quels étaient vos sentiments ?

Lors de ce moment solennel, on prend vraiment conscience qu’il n’est plus possible de faire marche arrière. Le compte à rebours a commencé. Lorsque le commandant donne le « feu vert », on se rend compte que dans quelques heures, nous serons en route. Les paroles du pasteur Roth sont toujours très touchantes.

Quel a été l’endroit le plus difficile ?

La montée à la Tête Blanche était assez exigeante dans sa dernière partie. Nous avions beaucoup de « trafic » et la trace était relativement mauvaise. A cela s’ajoute le fait que cette année, les élastiques des cordes ont dû être retirés et qu’une distance de 8 mètres a dû être respectée entre chaque patrouilleur. Il faut maintenant s’imaginer parcourir une section relativement raide dans laquelle se trouvent environ 30 à 40 patrouilles au même moment, ce qui donne une idée de la confusion qui y règne.

Un autre défi a été de chausser les skis sur le sac à dos après le Glacier d’Arolla et de parcourir le chemin jusqu’à Arolla à pied. Ceci en sachant que l’on peut normalement se reposer un peu sur cette partie du parcours, avant de descendre au Col du Riedmatten.

Lorsque l’épuisement se présente, quels sont vos trucs pour les surpasser ?

Pendant une course d’une telle durée, chaque patrouilleur/patrouilleuse est confronté(e) à ses limites. Il s’agit avant tout de garder son calme et de ne pas gaspiller plus d’énergie inutilement. Dans notre équipe, cela a été discuté à l’avance. PDG signifie aussi « un pour tous, tous pour un », ce qui est également mis en pratique. La « beauté » de la PDG réside dans le fait que l’on peut/doit s’aider et se soutenir mutuellement. Plus une patrouille fonctionne bien, plus il est facile de surmonter les moments difficiles. De temps en temps, il y a des slogans motivants comme « souple – léger – et plein de force », sachant que ce slogan a déjà amené quelques patrouilles de police jusqu’à Verbier !!!

Partager l'article sur :

Auteur de l'article :

Les articles de la
Retour haut de page