Commémoration de l’accident de Sierre: le plus grand quotidien belge était en Valais

Du lundi 28 février 2022 au samedi 5 mars 2022, Annick GROBBEN, journaliste pour le plus grand quotidien belge “Het Laatste Nieuws” (HLN), était présente en Valais, accompagnée de son photographe. Elle souhaitait faire un reportage sur le sujet des 10 ans de l’accident de car de Sierre. Son but principal : revenir sur ce tragique évènement, mais en axant son papier sur le côté émotionnel, dix ans après.
Photo de couverture : © Joel Hoylaerts / Photonews

Ses divers articles sur le sujet ont été lus par les 2’245’000 lecteurs du journal, du site et de l’application que regroupe le HLN. Cette dernière accueille quotidiennement plus de 600’000 visites.

Le mardi 1er mars, Annick GROBBEN s’est entretenue avec le Commandant Christian Varone. La rencontre a été intense en émotions et riche en sincérité de part et d’autre. Extraits :

Le chapeau de l’article accroche immédiatement le lecteur :

"Je me souviendrai toujours du courage et de la dignité des familles des victimes."

Le Commandant Varone poursuit :

"Nous continuerons à nous souvenir de ces enfants pendant longtemps."

A la question d’Annick GROBBEN « quel ordre le plus important avez-vous donné aux services d’urgence ? », le plus haut gradé de la Police cantonale valaisanne répond :

L’ordre le plus important que j’ai donné aux services d’urgence ? Protéger au maximum les familles. Déployer le maximum d’assistance, travailler aussi bien et aussi rapidement que possible, également en termes d’identification des victimes, afin de ne pas ajouter à la douleur des proches. C’était important pour moi.

Et lorsque la journaliste belge lui demande son souvenir le plus pénible, sa réponse est la suivante :

Même après toutes ces années, les images reviennent, dit Varone, avec une boule dans la gorge. Mais la chose la plus difficile à voir pour moi a été le moment où toutes ces petites boîtes blanches ont quitté ici l’aéroport de Sion pour la Belgique. (Silence) Quand tu es témoin de ça, ça te marque pour le reste de ta vie. Oh, il y a tellement de choses qui m’ont touché. Les larmes dans les yeux des sauveteurs, qu’ils soient policiers, pompiers ou ambulanciers. Et comment, submergés par leurs émotions, ils ont continué à faire leur travail de manière très professionnelle. Je n’avais pas le droit de montrer mes larmes. En tant que chef, je devais garder la tête froide sur le terrain. Mes larmes ne sont venues qu’après.

Le Commandant Christian Varone lors du point de presse dans le tunnel de Sierre - mars 2012

Pour conclure son interview, Annick GROBBEN demande quel message le « patron » de la Police cantonale valaisanne voudrait faire parvenir aux familles touchées par ce drame. Voici sa réponse :

Je passe souvent par le tunnel de Sierre et chaque fois, je dis une prière pour les victimes – les enfants et les six adultes – et pour leurs familles, conclut Christian Varone. Et puis j’exprime l’espoir que les familles trouveront la force de continuer à vivre avec cette tragédie. Le message qu’il transmettra aux familles belges lors du mémorial de Sierre, le dimanche 13 mars ? Qu’ils ont toute notre sympathie et que nous n’oublierons jamais la tragédie qui s’est déroulée ici. Leurs enfants font partie de nous, nous continuerons à nous souvenir d’eux jusqu’à la fin des temps.

Durant son entretien avec le Commandant Christian Varone, la journaliste belge n’a pas pu cacher sa vive émotion, dissimulant à peine ses larmes. Probablement tout comme durant les trois jours suivants : avec son photographe, elle a pris sous son aile une jeune femme belge de 21 ans, rescapée de l’accident, qui effectuait le voyage dans l’unique but de participer au reportage d’Annick GROBBEN, la journaliste belge au grand cœur…

Partager l'article sur :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Auteur de l'article :

Les articles de la
Retour haut de page