#Cybercrime – #NonMerci

Mots clés : 
La bonne nouvelle d'abord : la criminalité en Valais se stabilise à un niveau bas depuis des années. Le nombre de cambriolages a notamment diminué de manière significative. En raison des mesures de comportement et d'hygiène, et surtout de l'obligation de rester à la maison, davantage de personnes sont restées à la maison ces derniers mois. Cela a eu pour effet secondaire positif de réduire encore plus les cambriolages et les intrusions.

D’autre part, les statistiques policières sur la criminalité montrent clairement que cette-ci se déplace continuellement vers l’Internet. Il s’agit d’une évolution qui dépasse largement les frontières cantonales et nationales. Le modus operandi des auteurs est de plus en plus sophistiqué. D’une part, les cybercriminels profitent des progrès du secteur informatique, de la possibilité d’anonymisation et de la possibilité quasi illimitée d’opérer au-delà des frontières.

Cette évolution pose de nouveaux défis aux forces de l’ordre, aux entreprises et à chacun d’entre nous. L’application de la loi sur Internet étant complexe, la prévention de la criminalité dans ce domaine revêt une importance croissante.

5 jours – 5 sujets

Cela a conduit la police cantonale valaisanne à lancer une campagne dans le domaine de la cybercriminalité. Pendant cinq jours, notre force de police a sensibilisé la population aux cybercrimes actuels sur les médias sociaux et via les médias locaux. Les clips vidéo portaient sur les phénomènes des mules, des arnaques à la romance, des arnaques aux achats en ligne et du phishing.

Ces termes vous sont-ils familiers ? Sinon, vous trouverez le lien vers nos canaux de médias sociaux ici. Dans les clips, nous vous montrons quels crimes se cachent derrière ces mots et comment vous pouvez vous en protéger.

Partager l'article sur :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Auteur de l'article :

Les articles de la
Retour haut de page