En un clin d’œil, nous prenons acte de la couleur et du degré du danger d’avalanche. Derrière ces indications capitales, un travail de fourmi a lieu. Les explications du guide Eric Berclaz, observateur privilégié de la neige.

Eric Berclaz

Je travaille pour le compte de 7 partenaires : les communes de Bourg-St-Pierre, Liddes, Orsières, l’Etat du Valais, les Transports de Martigny-Régions, les Forces Motrices d’Orsières et du Gd-St-Bernard ainsi que le tunnel du Gd-St-Bernard. Quotidiennement, il s’agit de relever les infos neige et météo des stations automatiques placées dans le terrain, de consulter les divers sites à disposition pour faire une première analyse.   

Avant 7 heures du matin, je participe à l’établissement du bulletin d’avalanche du SLF pour la journée. Aux jumelles, il faut mener les observations dans le terrain. Je relève les déplacements de neige par le vent, l’influence de la température sur le manteau neigeux, la quantité et la forme des avalanches. J’enregistre ensuite les observations des 24 dernières heures.  

Eric Berclaz – Analyse du manteau neigeux

Chaque mois, j’effectue au moins 2 analyses du manteau neigeux. Je contrôle les hauteurs de neige aux différentes balises posées dans le terrain, je répertorie les couloirs avalancheux et leurs activités avant de garder un historique des observations météo et avalanche.

En cas de précipitations, j’analyse la situation locale et voisine et je collabore avec les autres observateurs. Il y aura lieu ensuite de suivre l’évolution du temps et du manteau neigeux, d’informer les différents partenaires si nécessaire et en cas de danger convoquer les cellules de crise en informant les autorités de décision des différents partenaires.

En situations urgentes, je participe aux mesures de prévention et je collabore à l’organisation des secours.

Merci à Eric Berclaz pour ses explications. Certains que nous aurons une pensée pour ces observateurs lorsque nous consulterons la prochaine carte des dangers d’avalanche !


Cet article fait parti du dossier Sécurité en hiver