Policiers, ambulanciers, personnel hospitalier… ceux qui travailleront durant les fêtes de fin d’année ne sont pas rares. Parmi eux, nous comptons bien évidement les agents de la Centrale d’engagement de Sion et de Noës. Alors comment s’organise les festivités dans un tel service ?
Interview du capitaine Walter Zenhäusern et du lieutenant David Fellay de la Centrale d’engagement de la Police cantonale valaisanne.

Comment se prépare la Centrale d’engagement à l’arrivée des fêtes de fin d’année ?

Comme chaque année pour les festivités de fin d’année les collaborateurs de la Centrale d’engagement sont prêts à faire face à tous genres de situation.

Nous savons que durant cette période, la population peut passer du simple au double avec l’arrivée des touristes dans nos stations.
Les appels à la Centrale d’engagement varient grandement en fonction des conditions météorologiques ainsi que du nombre de touristes qui varie selon l’enneigement des pistes de ski.

Cependant, malgré la nette augmentation de travail que cela peut engendrer, l’effectif des groupes ne change pas. Dans des conditions extrêmes, il est également prévu que d’éventuels renforts soient assurés par la hiérarchie.

S’agissant de la Centrale de Noës qui assure le bon fonctionnement du réseau routier, les collaborateurs/collaboratrices civils ont toujours fait face à ce phénomène.

Avec l’expérience, nous connaissons les affluences des arrivées et départs des touristes dans nos stations et nous donnons priorité à ces week-ends.

Y a-t-il eu des problèmes particuliers durant les années précédentes lors des festivités de fin d’année ?

Nous sommes réellement tributaires de la météo.

Par exemple, durant l’hiver 2016-2017, notre canton était en état dit de sécheresse. Le soir du réveillon, dès minuit, suite aux nombreux feux d’artifices, les centralistes ont déclenché pas moins de 48 alarmes incendie réparties dans tous le canton en l’espace de 20 minutes seulement.

S’agissant de cette année, l’enneigement exceptionnel que nous avons vécu au mois de janvier a engendré une nette augmentation de travail non seulement à la Centrale d’engagement, mais également pour tous les collègues de la Police cantonale.

Avez-vous une anecdote à nous faire part liée aux fêtes de fin d’année à la Centrale d’engagement ?

Durant les fêtes, il n’est pas rare de recevoir plusieurs appels de personnes se retrouvant seules chez elles et qui ont besoin de parler à quelqu’un. Dans la mesure du possible, les collaborateurs prennent le temps de discuter avec elles et de leur souhaiter de belles fêtes de fin d’année malgré leur situation.

Comment s’organise le souper / dîner de Noël et celui de Nouvel An ?

Les groupes s’organisent indépendamment entre eux et surtout en fonction des événements en cours. Entre deux appels, ils tentent tout de même de profiter d’un bon repas.

Avec quels groupes aurons-nous le plaisir de travailler le soir de Noël ainsi qu’au réveillon ?

Cette année, comme les deux événements tombent chacun sur un lundi et un mardi, tous les groupes seront appelés à assurer et à se partager les différents services de nuit, du matin ainsi que celui de l’après-midi.

Pour le soir du réveillon ainsi que celui de la St-Sylvestre, c’est le groupe de Martin Fux et celui de Vincent Pannatier qui assureront le service durant les fêtes de Noël et de Nouvel an.

Les 31 collaborateurs de la Centrale d’engagement assurent le service 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et 365 jours par année. Ils répondent en moyenne entre 700 à 800 appels par jour, tant en langue française qu’en langue allemande. Lors d’une situation particulière, cette moyenne peut rapidement prendre l’ascenseur. Par exemple, suite à l’enneigement exceptionnel de ce début d’année, les agents de la Centrale d’engagement ont dû faire face à 690 appels entre 5h00 du matin et 10h45.

Nous les remercions pour le travail effectué quotidiennement et leur souhaitons ainsi qu’à leur famille, de très belles fêtes de fin d’année.


Cet article fait parti du dossier Sécurité en hiver