Des surprises glaciaires

Le recul des glaciers fait de plus en plus apparaître des choses que l'on croyait disparues depuis longtemps. En raison d'un été plus chaud que la moyenne et de la fonte continue des glaciers qui en est la conséquence, de nombreuses découvertes ont également été faites cette année. Rétrospective du travail de la Police cantonale au sein de la communication.

Le 26 juillet, des ossements humains ainsi que diverses pièces d’équipement de montagne ont été découverts sur le glacier du Stockji à Zermatt. L’enquête a révélé qu’il s’agissait d’un alpiniste disparu depuis 1990.

Le 4 août, des morceaux d’avion ont été retrouvés sur le glacier d’Aletsch, dans la commune de Fieschertal. Les investigations ont révélé que les morceaux de l’épave se rapportent à l’accident du Piper Cherokee, enregistré sous le numéro HB-OYL, qui s’est produit le 30 juin 1968.

Le 5 septembre, la Police cantonale, en collaboration avec les forces aériennes, a découvert des restes humains sur le glacier de Corbassière. Après leur récupération, ces restes été transmis à la médecine légale. L’identification est encore en cours.

Toutes ces découvertes ont leur propre histoire, leur propre destin. Elles ont toujours été précédées d’un événement tragique. Souvent, comme dans les cas susmentionnés, les événements remontent à plusieurs années, voire à plusieurs décennies.

L’avion accidenté en 1968 sur le Jungfraufirn dans le canton de Berne, n’a pas pu être récupéré à l’époque en raison du manque de moyens techniques sur un terrain difficile. Depuis, il avait disparu dans les profondeurs et l’immensité des glaciers. Aujourd’hui, 54 ans plus tard, les pièces ont été remontées à la surface par le glacier sur le sol valaisan, près de la Konkordiaplatz, à environ cinq kilomètres en aval du lieu du crash de l’époque.

L’intérêt médiatique était grand. C’est pourquoi les médias ont été invités à assister à la récupération des pièces de l’avion, qui a eu lieu le 8 septembre 2022. De nombreux journalistes sont arrivés sur la Konkordiaplatz, ont tiré leurs photos, fait des enregistrements vidéos et finalement interviewé les personnes impliquées sur place. Outre le SESE et les secouristes, ce sont également les collaborateurs de l’unité Communication & Prévention de la Police cantonale valaisanne qui ont pu fournir des renseignements sur l’événement.

Avec le recul des glaciers, les surprises glaciaires continueront de se produire à l’avenir. La Police cantonale déploie beaucoup d’énergie pour identifier une personne retrouvée ou des découvertes de même nature.

Partager l'article sur :

Auteur de l'article :

Les articles de la
Retour haut de page