Christian Varone – Commandant de la Police cantonale valaisanne

Depuis la nuit des temps, la sécurité reste une préoccupation majeure de nos sociétés. Il ne se passe pas une semaine sans qu’elle ne soit commentée, disséquée et analysée par un nombre toujours plus important de spécialistes ou de pseudo-experts en la matière. A l’ère du tout médiatique, ce phénomène s’est encore amplifié. Dans ce contexte, il est donc devenu de plus en plus difficile d’y voir clair et de tenir un discours objectif. Il appartient dès lors aux véritables acteurs de la sécurité sur le terrain de donner une vision réelle des faits. La sécurité doit en effet être appréciée avec le recul nécessaire et sans a priori. La réalité doit être regardée telle qu’elle est et non telle qu’on voudrait qu’elle soit.
Même si Winston Churchill avait coutume de dire que les meilleures statistiques étaient celles que l’on pouvait aisément manipuler, elles demeurent cependant une source d’appréciation fiable si elles sont correctement tenues.

Depuis le 1er janvier 2009, la Confédération a introduit une statistique fédérale en matière de criminalité. Les différents Corps de police du pays sont ainsi appelés à collecter et à annoncer les infractions commises sur leur territoire. Celles-ci sont ensuite répertoriées par l’Office fédéral de la statistique sous la forme de données qui permettent de tirer d’intéressants enseignements.

A la lecture des chiffres 2017 concernant le Valais, on peut conclure que l’année écoulée a été particulièrement bonne sur le plan de la sécurité. Le nombre d’infractions a encore reculé avec un nombre de délits et de crimes commis pour 1’000 habitants bien inférieur à la moyenne nationale.

Code pénal – Infractions pour 1000 habitants

Nombre d’infractions historiquement le plus bas

Ce sont les infractions au Code pénal qui enregistrent le recul le plus spectaculaire – 33 % depuis 2012. En 6 ans, les vols par effraction ont par ailleurs reculé de 54 %. Les statistiques fédérales nous montrent que les taux d’élucidation dans le domaine des atteintes à la vie, à l’intégrité corporelle ou encore à l’intégrité sexuelle restent très élevés.

Evolution des infractions

Sur le plan de la sécurité routière, le constat peut également être qualifié de bon. Le nombre de victimes et d’accidents demeure stable malgré une forte augmentation du parc automobile. Nous pouvons donc aujourd’hui affirmer que le Valais est un canton sûr où il fait bon vivre. Ces résultats ne tombent cependant pas du ciel. Ils sont le fait de l’important travail de prévention, d’intervention et d’enquête que les policiers de ce canton mènent sur le terrain. Qu’ils en soient remerciés.

Au vu de ce constat plutôt positif, faut-il conclure que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes ? Certainement pas. Même si le niveau de sécurité demeure bon, on doit relever un durcissement de la criminalité dans notre société. La violence gratuite est un phénomène bien réel. Les passages à l’acte sans motif apparent sont de plus en plus fréquents. Les violences domestiques ne cessent également d’augmenter. D’autres formes de criminalité émergent avec force. En particulier, les escroqueries sur le net se multiplient. Elles génèrent des conséquences financières catastrophiques pour toutes celles et ceux qui s’y laissent prendre. Les enquêtes dans ce domaine sont particulièrement difficiles à mener puisque les fors juridiques se trouvent très souvent à l’étranger. Seul un important travail de sensibilisation et de prévention auprès de la population permettra à l’avenir de limiter les dommages causés par ce type d’infractions. Nous nous y emploierons. Les récents renforcements de notre unité de communication et prévention, ainsi que de notre section financière vont dans ce sens.

Pour relever ces nouveaux défis, il faudra à l’avenir se montrer encore plus professionnel et continuer de combattre la criminalité avec détermination partout où elle se trouve. Pour cela, il s’agira de continuer à s’adapter à l’évolution de la situation. Pour la Police cantonale, l’obligation de se remettre en question restera ainsi la règle. En changeant récemment nos plans d’intervention et en renforçant notre renseignement, nous avons pu récolter très vite le prix de nos efforts. Il s’agit de poursuivre dans cette voie.

Ne jamais renoncer. Telle est la devise que chaque policier et membre du Corps peut faire sienne à l’avenir. Elle symbolise notre mission qui est d’assurer en permanence la sécurité des Valaisannes et des Valaisans, ainsi que celle des personnes séjournant dans notre beau canton.