Editorial

Police cantonale valaisanne – Rédacteur en chef de la revue Police

Retraite : trouver le nouveau quotidien

C’est au plus tard au moment de se préparer à la retraite que la plupart des gens prennent conscience que la vie est bientôt finie. C’est le bon moment pour faire le bilan, remettre en question son propre rôle et préparer les années à venir. Car cette phase de la vie a son propre sens, nouveau, et offre de nombreuses opportunités.

Pour moi, comme pour la plupart des gens, le dernier jour de travail est lié à des sentiments mitigés.  Ce qui a constitué une grande partie de ma vie pendant plus de 40 ans est soudainement terminé. Comme pour beaucoup, mon métier de policier était ma raison de vivre par excellence. Le travail structurait la journée. Nous nous sentions valorisés, nous étions en contact avec d’autres personnes et nous gardions une certaine flexibilité mentale. La fin de la vie professionnelle est donc considérée par les psychologues comme un événement critique de la vie. Nombreux sont ceux qui tombent alors dans un trou profond.

Une bonne préparation à cette phase de la vie facilite la transition. Selon différentes études, les hommes ont plus de mal que les femmes à dire adieu à la vie professionnelle.

Il faut se préoccuper à temps du quotidien après la vie professionnelle, de préférence quelques années auparavant. Mais il ne suffit pas d’établir une liste de choses à faire pour régler les choses que l’on a déjà mises de côté pendant longtemps. Les hobbies sont importants dans cette nouvelle étape de la vie et occupent une grande partie du temps dont nous disposons, mais ils ne sont finalement pas déterminants. Il est important d’adapter ses occupations à son nouvel emploi du temps et à ses capacités personnelles et de rencontrer des personnes partageant les mêmes intérêts. Il s’agit de lâcher prise et de trouver un rythme de vie plus lent. La rétrospective de sa propre vie en fait également partie. Qu’est-ce qui était important pour moi, qu’est-ce que j’ai accompli, quelles sont les choses que je regrette ? Ces réflexions font partie d’un processus d’adieu. Ce n’est que lorsque je peux dire adieu que je me libère pour quelque chose de nouveau.

Malgré tous les soucis initiaux, dans l’ensemble, la plupart des policiers vivent leur retraite de manière positive. Au cours des premières semaines ou des premiers mois, on éprouve une sorte de sentiment de vacances qui n’en finit pas. Puis, selon les témoignages de collègues à la retraite, le moral tombe en berne pendant un certain temps, jusqu’à ce qu’un nouvel équilibre s’installe. Voilà pour la théorie.

Je me réjouis en tout cas de la période passionnante qui s’annonce. Je vous souhaite à tous une bonne santé et j’espère que nous nous rencontrerons à l’occasion, quelque part.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Les articles de la
Retour haut de page