Editorial

Police cantonale valaisanne – Rédacteur en chef de la revue Police

La pensée latérale / le penseur latéral

Wikipédia explique ceci au sujet de la pensée latérale : la pensée latérale (du latin « côté ») est une technique de résolution de problèmes, qui consiste à les appréhender sous de nouveaux angles ou pour trouver de nouvelles idées.

Depuis l’arrivée du Corona, le terme « penseur latéral » est apparu à plusieurs reprises. Mais quel genre de personnes sont celles qui se qualifient de « penseurs latéraux » ou qui apparaissent à plusieurs reprises dans les médias comme tels ? S’agit-il de personnes hyper intelligentes, de bienfaiteurs, de vestiges de l’ère « Peace and Love », de personnes fondamentalement opposées au gouvernement ou de guérisseurs autoproclamés qui considèrent Covid 19 comme une grippe normale ? Dans les différents moteurs de recherche sur Internet, on se retrouve avec une vague explication. Un penseur latéral est une personne qui pense de manière originale, qui est indépendante et qui, souvent, n’est pas acceptée ou comprise par le grand public.

Une étude de l’université de Bâle décrit les penseurs latéraux comme étant principalement des membres éduqués de la classe moyenne. Leur âge moyen est de 47 ans. Maintenant posons-nous la question : qui fait partie de la classe moyenne? En Suisse, elle comprend deux tiers de la population. Dans les sondages, presque tout le monde se sent subjectivement de la classe moyenne.      

Les penseurs latéraux sont actifs en Allemagne et comptent déjà environ 70 groupes. On ignore s’il existe actuellement un tel groupe en Suisse. La question est maintenant de savoir si les critiques du Corona vont rejoindre ces groupes ou non. 

Dans chaque famille, entre amis et dans les milieux professionnels, le sujet du Corona domine les discussions depuis longtemps. La plupart des débats portent sur le sens et le non-sens des mesures qui ont été adoptées. Chacun se transforme bientôt en épidémiologiste ou en gestionnaire de crise et a des propositions de solutions pour contenir l’épidémie.  Comme il est habituel dans une discussion, les opinions et les attitudes divergent et des échanges animés peuvent s’ensuivre. Même si nous faisons des efforts, il est presque impossible d’éviter ce sujet dans notre vie quotidienne. Cette pandémie se ressent également dans nos relations et laisse des traces.

Lorsque les opposants aux mesures Corona font part de leurs préoccupations en manifestant, le seul problème est qu’ils ignorent les exigences officielles et se mettent ainsi en danger, eux et les autres.

D’autre part, les médias ont fait état d’une montée en puissance de la violence chez les participants. Lors d’une manifestation à Olten, un contre-manifestant a frappé un manifestant un à l’arrière de la tête avec une bouteille de gaz, le blessant. A Gossau, lors de l’inauguration d’un centre de vaccination, la conseillère d’Etat zurichoise Nathalie Rickli a été aspergée de jus de pomme par un manifestant.

Espérons que cette pandémie sera bientôt de l’histoire ancienne et que nous retournerons progressivement à notre vie quotidienne. Restez en bonne santé et respectez vos semblables et leurs opinions.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Les articles de la
Retour haut de page