Marianne Maret – Conseillère aux Etats

Pour moi la police cantonale jouit d’une image excellente en Valais. Son travail au quotidien et à quelque niveau que ce soit, renforce notre sentiment de sécurité voire de bien-être.

Nous la sentons présente et disponible sans surabondance, dans un dosage juste et adéquat.

Etre policier implique d’assurer la sécurité publique et le maintien de l’ordre tout en veillant à ce que les lois soient respectées. Il s’agit donc d’être au service non seulement des autorités mais également et peut-être surtout de la population et ceci 365 jours par an, 24 heures sur 24. Dans ce sens, une organisation optimale doit être mise en place, ce qui est le cas en Valais.

Je salue également la présence de notre police cantonale sur l’ensemble du territoire qui, compte tenu de notre topographie, n’est pas simple mais lui apporte la force de la proximité.

Le travail de notre police judiciaire et de ses autres unités est naturellement moins connu que celui de notre gendarmerie qui est, de fait, la structure la plus visible de ce Service. Sa communication est assurée de manière totalement adéquate, ce qui au jour d’aujourd’hui, est une gageure.

Sous un angle plus personnel, lorsque j’ai dû me soumettre à des contrôles, cela a été effectué avec une totale correction, certes avec une certaine froideur due à la fonction mais toujours avec politesse.

Il sied de relever que notre Police cantonale valaisanne ne fait jamais la une des médias contrairement à ce qui se passe dans d’autres cantons voire pire, dans d’autres pays ; cela démontre qu’elle remplit ses missions à la satisfaction de la toute grande majorité de la population.

Je ne peux conclure ce texte sans remercier le Commandant de notre Police cantonale et l’ensemble de ses collaborateurs pour la qualité des prestations qui nous sont fournies, jour après jour.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here