Chères policières, chers policiers,

Colonel – Christoph Graf
Kommandant der Päpstlichen Schweizergarde

Dans presque aucun autre corps que je connaisse, le mélange entre tradition et modernité n’est aussi fort que dans la Garde suisse pontificale. Les gardes accomplissent leurs tâches quotidiennes dans des uniformes représentatifs qui s’inspirent des vêtements Renaissance mais qui doivent répondre aux exigences de sécurité actuelles. Outre les services en armure complète, il faut également s’exercer à la manipulation d’un équipement moderne. Nous essayons constamment de fournir aux gardes les dernières formations dans le domaine de la sécurité afin de pouvoir réagir correctement en cas d’urgence, même en uniforme traditionnel.

Je pense à notre centre d’opérations, qui fonctionne 24 heures sur 24 depuis deux ans, ou à la formation de base professionnelle des futurs gardes à la police tessinoise à Isone, qui représente un grand pas en avant pour nous. Il y a quelques mois, nous avons également reçu la permission du Pape d’augmenter nos effectifs de 110 à 135 hommes.

Parfois, il faut aussi démolir de vieilles choses pour construire et développer de nouvelles choses. Les anciennes casernes du 19ème siècle ne répondent plus aux exigences et aux besoins actuels, c’est pourquoi la démolition et la construction de nos casernes au Vatican sont en cours de planification. Il s’agit d’un projet majeur qui nous occupe depuis un certain temps et qui se concrétise maintenant.

Le canton du Valais a encore aujourd’hui une tradition particulièrement forte. Le canton du Valais compte actuellement 15 gardes qui constituent le plus grand nombre de gardes d’un canton, avec une bonne cohésion et toujours un lien fort avec leur canton d’origine.

Nos deux Corps – la Garde suisse pontificale et la Police cantonale valaisanne – sont unis par la volonté de donner le meilleur de nous-mêmes dans notre service sacrificiel au quotidien, de toujours donner un coup de main et de s’adapter et s’améliorer constamment aux circonstances en matière de sécurité. Lors de la dernière visite du Pape en Suisse à Genève, ainsi que pendant les cours de formation continue, par exemple dans le domaine de la protection individuelle, nous pouvons toujours tirer un grand profit de l’échange d’expériences avec les officiers de police.

C’est dans cet esprit que je souhaite à la Police cantonale beaucoup de succès dans sa « mission » d’ami et d’assistant du peuple valaisan.

« Acriter et fideliter – courageux et fidèle »