Frédéric Favre

Monsieur le Commandant,
Mesdames et Messieurs les membres
de la Police cantonale,

Le rôle d’une Police cantonale est essentiel et il m’importait, au moment de la répartition des départements, de prendre la responsabilité du domaine sécuritaire dont elle fait partie.

Je me réjouis dès lors de la confiance démontrée par le collège gouvernemental et aborde avec sérénité et motivation le mandat qui m’est confié.

Sérénité tout d’abord, car la qualité de la Police cantonale est largement reconnue et ses excellents résultats en attestent. Une telle image s’obtient non seulement par le sérieux du travail accompli et un engagement permanent, mais démontre également l’intégration d’une philosophie du service parfaitement énoncée dans votre devise « Honneur et Fidélité ».

Motivation ensuite de me trouver à la tête d’un service dont l’importance pour le Valais n’est plus à prouver. En effet, la Police cantonale – tout comme les polices municipales – joue un rôle central, offrant à notre canton un climat de sécurité envié et qui n’est pas étranger à son rayonnement ainsi qu’à son attractivité.

Dans un monde qui propose une vitrine très contrastée à ce sujet, jouir au quotidien d’un tel climat de sécurité constitue une garantie sans prix pour nos concitoyennes et concitoyens. Mais pas seulement, car ce climat augmente sensiblement l’attractivité de notre territoire pour les confédérés comme pour les étrangers le visitant, avec toutes les répercussions positives que cela entraîne au niveau économique notamment. Ne l’oublions pas !

Les mois qui viennent me donneront à n’en pas douter l’occasion de vous rencontrer, d’échanger et de découvrir encore mieux les multiples facettes de votre service. Je m’en réjouis et je saisis d’ores et déjà l’occasion de vous remercier pour votre engagement.

Je suis très fier d’être votre chef de département !

Bonne suite à chacune et chacun et au plaisir de faire votre connaissance prochainement.

Avec mes meilleures salutations.